Millesimes Et Vins

Edition du 10/03/2015
 

BASTOR-LAMONTAGNE ET BEAUREGARD

Exemplaires

Château BASTOR LAMONTAGNE

"Nous sommes restés fidèles à notre style de vin sans jamais tomber dans les phénomènes de mode de vins surconcentrés, que ce soit aux Châteaux Saint-Robert en Graves, Pavillon Beauregard à Lalande-de-Pomerol, à Beauregard à Pomerol ou à Bastor-Lamontagne à Sauternes. Nous avons le souci de faire des vins équilibrés.


En 2013, que ce soit à Pomerol ou à Lalande-de-Pomerol, nous avons eu la chance sur la rive droite, de récolter des raisins bien mûrs, c’est dû à nos terroirs précoces. Les vins de Merlot expriment le fruit, ce sont des vins plus souples. Pavillon Beauregard 2013 est en cours d’élevage, le rendement était faible, ce sera un vin plus accessible, avec du fruité, agréable à déguster avant le 2012. Concernant le millésime 2012, nous sommes assez satisfait sur la Rive droite. La maturité était parfaite que ce soit en Lalande ou à Pomerol, mais les volumes sont assez bas, surtout en Bio. Dans les vins, nous obtenons une belle expression aromatique, une belle fraîcheur avec des tanins bien mûrs. Pavillon Beauregard 2012 est très élégant. Grâce à la conversion Bio, nous n’avons pas de surmaturité, mais, au contraire, une expression du fruit amplifiée, fraîche et franche. Une Grande pureté, avec une meilleure définition dans les vins et je m’aperçois que cette authenticité est liée à la culture des raisins en Bio. Pas de lourdeur, pas de “maquillage” que l’on retrouve parfois dans certains vins qui ont trop de surmaturation, ce n’est pas le cas dans les nôtres." - Pomerol Château de Beauregard 2010. Grand vin de belle robe pourpre, très grande complexité aromatique avec des notes de fruits mûrs, de pain d’épice, de violette. Tanins très fins, de la puissance, beau potentiel de garde pour ce vin racé et élégant. - Lalande-de-Pomerol Pavillon Beauregard. Le 2012 est le premier millésime certifié Bio. Les vins ont une belle robe profonde, des notes aromatiques de fruits rouges (framboise et groseille), épicées. Vin très élégant, d’une belle complexité, finement boisé, d’une fraîcheur aromatique très agréable. - Sauternes Château Bastor-Lamontagne : belle robe dorée aux reflets vifs, attaque intense bien soutenue par des notes aromatiques de pêche, poire, abricot confit, gingembre, belle fraîcheur et persistance en bouche pour ce vin très équilibré d’un beau potentiel de garde même si il est agréable dans sa jeunesse.  - Sauternes Les Remparts de Bastor-Lamontagne, robe d’un bel or brillant, vin plein, rond, d’une belle fraîcheur aromatique aux notes de fleur d’oranger, d’écorce d’orange, d’épices. Vin subtil et très harmonieux, idéal pour un début de repas. - Sauternes Château Bordenave, 100% Sémillon : Sauternes classique, assez riche et opulent, élevage et vinification en barriques, une propriété de 5 ha que nous avions en fermage et que nous avons rachetée il y a une dizaine d’années, en conversion Bio. - Sauternes Caprice de Bastor-Lamontagne : robe jaune paille brillante, arômes délicats de poire, note de gingembre. Belle rondeur en bouche, grande fraîcheur agrémentée de notes acidulées, bel équilibre, vin suave et harmonieux à apprécier dans sa jeunesse. Le SO Sauternes est un vin qui est très agréable, élégant, à déguster à l’apéritif, aux délicieux arômes de fruits à chaire blanche (poire), aux notes florales de jasmin, d’acacia. J’ai voulu montrer à la jeune génération que Sauternes n’est pas un vin liquoreux que l’on ne boit qu’au dessert. - Graves Château Saint-Robert Poncet-Deville : d’une belle robe rubis, belle attaque en bouche, souple, tanins soyeux et élégants, note aromatique de moka, vin puissant mais rond, d’une belle finesse avec une finale légèrement épicée. - Graves Château Saint Robert Cuvée Poncet-Deville Blanc : nez intense de pamplemousse, notes vanillées, ample et fin en bouche avec du gras, bonne acidité nécessaire, belle fraîcheur aromatique."

   

BASTOR-LAMONTAGNE ET BEAUREGARD

Directeur : Michel Garat

33210 Preignac
Téléphone : 05 56 63 27 66
Télécopie : 05 56 76 87 03
Email : bastor@bastor-lamontagne.com





> Le palmares des vins


CLASSEMENT MEDOC
e_medoc.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR (Hors Classe)
MOUTON-ROTHSCHILD
GRAND-PUY-LACOSTE
MONTROSE
PONTET-CANET
(CALON-SÉGUR)
CLERC-MILON
LYNCH-BAGES
PICHON-COMTESSE
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
LAFITE
MARGAUX
BATAILLEY
LÉOVILLE-BARTON
LASCOMBES
HAUT-MARBUZET
LANGOA-BARTON



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
GRAND-PUY DUCASSE
FONBADET
LA GALIANE
HAUT-BATAILLEY
TRONQUOY-LALANDE
MALESCOT-SAINT-EXUPERY*
TOUR de BESSAN
BEAU SITE*
ESTEAU
FONTESTEAU*
HOURTIN DUCASSE*
LE MEYNIEU*
LA PEYRE
DAVID*
BROUSTERAS
COUDOT
HENNEBELLE
LESTAGE-DARQUIER
LOIRAC
LES MOINES*
BOIS CARRÉ*
GRAVES DE LOIRAC
(FOURCAS-HOSTEN)
PONTAC-LYNCH
PREUILLAC
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
(LAFON-ROCHET)
(TALBOT*)
CLAUZET
DESMIRAIL*
(BRANE-CANTENAC*)
FOURCAS-DUPRÉ
MAUCAILLOU
HOURBANON
LAMARQUE
PATACHE D'AUX
SAINT-AHON
TOUR-DU-ROC
LE BOURDIEU*
PANIGON*
PLANTIER ROSE*
PETIT BOCQ
POMYS*
REYNATS
SOULEY-SAINTE-CROIX
CHALET DE GERMIGNAN*
DOYAC*
CASSANA
GRANINS-GRAND-POUJEAUX
MEYRE
LES MARCEAUX*

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHANTEMERLE*
DOMEYNE
LAMOTHE-CISSAC
TOUR SIEUJAN
TOUR MARCILLANET
ANTHONIC
SIORAC
LABADIE
(TOUR DES TERMES)
(SAINT-AUBIN)
BÉJAC-ROMELYS
BÉHÈRÉ
(CARCANNIEUX)
CATEGORIE B
Priorité à l'élégance
CROIX du TRALE*
DONISSAN*
SIGOGNAC
(SÉRILHAN)
FAUGEROUX
GRAND BRUN
LARRIVAUX
(PEYREDON-LAGRAVETTE)
LE TEMPLE*
(CARONNE-SAINTE-GEMME)
BEAUVILLAGE

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements


 A l'honneur

 Les classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Domaine des HAUTS PERRAYS


"Depuis que nous avons repris le domaine, précisent Claire et Luc Le Fournis, nous supprimons progressivement les désherbants chimiques en revenant au travail du sol. Ceci est particulièrement bénéfique pour nous cette année, car le peu d'eau que nous recevons est sous forme d'orages, et les terrains labourés retiennent mieux l'eau, particulièrement sur nos coteaux. La qualité des vins de notre prédécesseur était déjà reconnue, cela continue avec nos deux premières cuvées. Nos vendanges entièrement manuelles nous permettent d'éliminer les grappes ne donnant pas entière satisfaction. Nous avons testé pour la première fois l'ensemble de notre important programme d'investissements visant à encore améliorer la qualité : suppression de la trituration des vendanges, pressoir pneumatique avec des programmes adaptés à chaque type de vin, et enfin la thermorégulation de nos cuves permettant une bonne maîtrise de nos vinifications." Superbe Coteaux du Layon Vieilles Vignes 2010, issu de parcelles de plus de 50 ans, à faible rendement, sur les coteaux dominant le Layon, suave, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de bruyère, un vin qui allie intensité et souplesse, de garde. Excellent Coteaux-du-Layon 2012, au nez expressif et puissant, de bouche très subtile avec des arômes de miel et de coing, d'une grande finesse. L’Anjou rouge Coulée du Moulin 2012, pur Cabernet franc, est de couleur pourpre, avec des arômes de fruits et d'épices, soyeux et dense, harmonieux.  L’Anjou blanc 2012 est un vin rond en bouche, au nez subtil, ample et persistant, où dominent les fleurs (aubépine, genêt), et s’accorde avec des palourdes farcies. Il y a toujours ce savoureux Crémant de Loire rosé, où se décèlent des nuances de fraise, d’une jolie robe, un vin tout en bouche. Composé d’un assemblage de Cabernet franc, Grolleau et Chenin, ces Crémants rosés sont élevés ai minimum un an sur lattes, et cette méthode traditionnelle leur confère des bulles très fines et régulières, des arômes gourmands, et une couleur raffinée. L’élégance de l’étiquette annonce d’ailleurs le charme de ces breuvages.

Luc et Claire Le Fournis
Les Hauts-Perrays
49290 Chaudefonds-sur-Layon
Téléphone :02 41 78 67 57
Télécopie :02 41 78 68 78
Email : contact@domaine-des-hauts-perrays.fr
Site personnel : www.domaine-des-hauts-perrays.com

Domaine Pierre MAREY et Fils


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Éric Marey veille avec amour sur ce très beau vignoble de 10 ha. Les vins sont élevés en fûts de chêne et sont suivis par un laboratoire durant toute leur évolution. Les vins sont majoritairement vendus au domaine auprès d'une clientèle fidèle de particuliers, et le reste est expédié à la restauration, à des caves à vin, en France comme à l'étranger. "Pour faire un bon vin, il faut de jolis raisins : la première des choses, c’est donc de bien entretenir ses vignes, nous raconte Éric Marey. Je fais tous les travaux manuellement, cultive mes vignes en lutte raisonnée sur mes 11 hectares, avec l’apport de compost pour enrichir les sols. Nous produisons moitié de vins blancs et moitié de rouges dans les appellations, Villages, Régionales, Premiers Cru et Grands Crus. Mes vignes sont plantées sur des collines et bénéficient d’exposition sud, sud-est et sud-ouest, c’est l’idéal. L’âge moyen du vignoble est de 35 ans. Notre terroir est très calcaire, argilo-calcaire, aussi. Il n’y a que 40 cm de terre végétale, ensuite c’est la roche et ses minéraux qui donnent toute la complexité à nos vins. Toutes nos vignes sont en coteau, c’est parfait pour le drainage, par contre, l’érosion au moment des gros orages nous oblige à remonter la terre bien souvent... Actuellement, nous proposons les 2011 en Pernand nous avons l’appellation régionale Bourgogne, le Pernand Vergelesses, “les Belles Filles”, les “Suchots” et Corton. Nous vendons les Blancs 2012, nous avons fait de petites récoltes et les vins se réservent déjà, les caves vont être vides ! Pour les Blancs 2012, la floraison ne s’est pas déroulée comme prévu... coulure et millerandage, résultat : de petits raisins soit moins 40%. A la dégustation, les vins sont délicieux, bien concentrés grâce aux petits volumes, on a vendangé tard, le 25 septembre, et avions une belle maturité. On retrouve beaucoup d’arômes primaires dans ce millésime. Des notes d’agrumes rafraîchissantes pour les vins blancs, une bonne acidité qui va leur permettre de bien vieillir même s’ils sont déjà agréables dans leur jeunesse. Beaucoup de gras, grand équilibre, belle longueur même dans l’appellation Villages. Les Grands Crus sont sublimes mais j’en aurai très peu. Nous avons beaucoup de chance avec la série des millésimes 2009, 2010, 2011 et 2012, que de bonnes années. Pour les différencier je dirais que les 2012, en rouges, sont des vins qui peuvent se garder, ils en ont le potentiel mais ils sont déjà très agréables dans leur jeunesse grâce à leur fruité. C’est d’ailleurs toujours mon objectif, je privilégie le fruit, les vins soyeux. Je pratique la macération à froid pendant 5 jours pour extraire les bons tanins, je n’aime pas les tanins trop secs. L’élevage se fait en barriques pour les vins blancs, un an environ, et pour les rouges, 14 mois pour les Villages et au moins 18 mois pour les Grands Crus. Tout est fait en fûts avec une partie de fûts neufs, pour les Villages cela représente 30% dans des barriques de deux ou trois vins, et pour les Grands Crus cela représente 40% de fûts neufs. J’ai 4 tonneliers qui me fournissent, surtout des fûts provenant de chênes de l’Allier et de la Nièvre. En 2013, nous avons grêlé le 23 juillet, récolte moyenne entre les blancs et les rouges c’est moins 60%, les caves se vident... Je fais le vin comme je le sens, j’aime la finesse et l’élégance avec un maximum de gras. Mes vins n’ont pas de robe trop foncée, je ne veux rien forcer, on pourrait le faire à la vinification mais après, les tanins sont durs, ce n’est pas le style de nos grands vins Bourguignons, on les dénaturerait ! Ce n’est évidemment pas mon but, j’aime les vins équilibrés qui respectent le terroir, je veux le retrouver dans mon verre." On le comprend et on acquiesce en savourant ce splendide Corton-Charlemagne Grand Cru 2011, qui allie la fraîcheur à la richesse, de belle robe brillante et limpide, de bouche savoureuse avec des nuances de miel et de pêche mûre, un grand vin comme ce 2010, d'une très belle harmonie, très élégant, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, suave, riche en bouche (poire, aubépine, pain grillé…), d'une grande ampleur. Le 2009 est gras, aux connotations de fleurs, d'épices et de fruits cuits, un vin de bouche suave, ample, chaleureuse et d'une très longue finale, de belle évolution. Le Corton Grand Cru 2011, avec ces senteurs subtiles de griotte et d'humus, qui associe puissance et distinction en bouche, bien élevé, aux tanins présents et souples à la fois. Le 2010, remarquable, est intense et chaleureux, charpenté, aux connotations de truffe et de griotte mûre, tout en bouche. Beau 2008, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, fondu en bouche, avec des saveurs de griotte, de violette et de musc, un vin riche, typé, ample, qui poursuit sa belle évolution. Le Pernand-Vergelesses Premier Cru Sous Frétille blanc 2011, de belle robe pâle, avec cette vivacité alliée à une suavité agréable, est un beau vin où s'entremêlent des notes d'amande, de fruits mûrs et de bruyère. Joli Pernand-Vergelesses blanc 2011, de bouche persistante et très harmonieuse, avec des nuances délicates de pêche blanche et de narcisse. Beau Pernand-Vergelesses Premier Cru Les Fichots rouge 2010, typé, de couleur soutenue, d'une belle charpente, riche, aux connotations de réglisse, de sous-bois et de cerise mûre.

Éric Marey
5 et 6, rue Jacques Copeau
21420 Pernand-Vergelesses
Téléphone :03 80 21 51 71
Télécopie :03 80 26 10 48
Email : domaine.pierremareyfils@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domaine-pierremarey

Château CORNEMPS


Un remarquable Bordeaux Supérieur cuvée Prestige 2010, très représentatif de ce grand millésime classique bordelais, riche et soyeux à la fois, avec une bouche puissante, parfumée et persistante (violette, pruneau), un vin très équilibré, coloré, de très bonne évolution. Le 2009, d'un bel équilibre, est un vin aux tanins bien présents, avec des nuances de mûre en finale, d'excellente évolution. Le Cornemps Tradition 2010, de bouche corsée comme il le faut, généreux, aux tanins agréablement fondus.

Henri-Louis Fagard

33570 Petit-Palais-et-Cornemps
Téléphone :05 57 69 73 19
Télécopie :05 57 69 73 75
Email : vignobles.fagard@wanadoo.fr
Site personnel : www.vignobles.fagard.com

CHATEAU LA CROIX MEUNIER


Cette propriété familiale, exploitée par la SCEA Meunier et Fils depuis 1988, appartient aujourd’hui au GFA Meunier. C’est la 5ème génération qui dirige le domaine. Les premières parcelles de ce petit vignoble ont été acquises vers 1840, et sont situées sur des sables anciens à l’ouest du village de Saint-Emilion, à proximité du Château Figeac et du Château Cheval Blanc. Les vendanges se font manuellement, après avoir déterminé la date de récolte par analyses et dégustation des baies. Les raisins sont transportés au cuvier dans des bastes, puis sont égrappés, triés et foulés pour être ensuite acheminés dans des petites cuves pour la fermentation. J’ai beaucoup apprécié leur Saint-Émilion GC cuvée Georges Meunier 2009, de robe pourpre soutenu, superbe, aux notes de truffe, d’une grande harmonie, parfumé, séveux, généreux et persistant, de garde comme le 2008, qui développe des arômes de musc et de griotte, aux tanins enrobés mais riches, bien charnu. Le 2006 se goûte particulièrement bien, de couleur profonde, au nez complexe où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin corsé et dense, de très bonne évolution.

Pierre et Sandrine Meunier
n° 7 Montlabert
33330 Saint-Emilion
Téléphone :06 88 15 26 19
Télécopie :05 57 24 72 54
Email : chateaulacroixmeunier@vinsdusiecle.com
Site : chateaulacroixmeunier


> Nos dégustations de la semaine

Château TOUR du PAS SAINT-GEORGES


Au sommet de son appellation. “L’âge moyen du vignoble est de 30 ans environ, me précise mon ami Pascal Delbeck. Nous avons choisi les meilleurs terroirs adaptés au cépages, le Merlot dans des endroits plutôt frais pour éviter que les raisins ne souffrent trop de la chaleur, le Cabernet sur des parcelles plus ensoleillées... Le Cabernet franc s’épanouit à merveille ici, et je suis particulièrement attaché à nos pieds de Carménère, de Petit Verdot et de Malbec : cette diversité apporte un “plus” dans les vins, une touche originale. Nous sommes sur des sols de dépôt océanique, avec du calcaire puis, en sous-sol, des argiles, des molasses plus ou moins sableuses, calcaires ou argileuses. Au Château du Pas Saint-Georges, nos vignes sont plantées sud-est-est-sud, sur une pente à forte déclivité, de 70 à 30 m, ce qui permet un parfait drainage.
Nous avons construit ce grand chai dans l’idée de regrouper la vinification de toutes les propriétés, tant au niveau de la vinification que de l’élevage, la mise en bouteilles et un espace de vente pour les particuliers. Nous avons des cuves de différentes capacités pour travailler en parcellaire. La majorité sont de 70 hl ouvertes, à chapeau flottant, ce qui nous permet de vinifier le vin dans les meilleurs conditions. Nous avons un pigeur composé de vis sans fin qui descendent lentement dans le chapeau. Le brassé s’effectue en douceur et permet un meilleur contact entre les parties liquides et solides. On extrait ainsi des tanins très tendres, et beaucoup d’anthocyanes. L’élevage s’effectue en barriques de 300 l (dont 30% de bois neuf). Je projette d’acheter quelques foudres, je trouve le volume intéressant. La durée varie en fonction des millésimes de 12 à 15 mois. Je suis très prudent avec l’utilisation du bois, respecte le raisin, donc je ne veux pas des vins trop boisés, et préfère la finesse et l’élégance. Nous venons de commencer une certification en Bio. Comme dans les chais, où nous avons réalisé les travaux dans un souci environnemental, nous continuons notre logique dans le vignoble. J’ai longtemps travaillé en biodynamie et en bio. En plus de trente ans, je n’ai jamais épandu d’insecticide.
Ma fille Marie-Amandine et mon neveu Cédric travaillent avec moi, mon neveu a fait une formation viti-œnologique et ma fille a passé le Duad (diplôme d’aptitude à la dégustation). Marie-Amandine, depuis toute petite, est passionnée par le vin. Tant mieux, car, sans cela, on ne peut pas faire ce métier.”
Superbe Saint-Georges-Saint-Émilion 2010, aux arômes de fruits macérés et d’épices, riche, aux nuances de fruits noirs et d’épices, charnu et bien classique, de belle teinte grenat, dense au nez comme en bouche, alliant finesse et charpente, de bouche très généreuse, de garde, naturellement. Le 2009 est tout aussi savoureux, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue. Le 2008, médaille d’Argent Paris 2010, charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, avec ces notes persistantes de fumé, de cerise mûre et d’épices au palais, aux tanins puissants mais très fins, est un vin complet. Le 2007, médaille d’Or au concours Bordeaux vins d’Aquitaine 2010, est corsé et typé, aux tanins soyeux, au nez intense de fruits (griotte) et de fleurs (pivoine), un vin très bien équilibré, de belle ampleur, remarquable actuellement. Beau 2006, d’une belle structure tannique et d’une grande expression aromatique avec ce goût de mûre et légèrement fumé, un vin de bouche suave et riche, d’excellente évolution comme le 2005, puissant, d’un beau rouge profond, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs surmûris, tout en finesse tannique, ample et structuré, qui a besoin d’un peu de temps pour développer son potentiel.
Goûtez le Lalande-de-Pomerol Château Âme de Musset 2010, de robe violacée, parfumé (cassis, poivre et violette), puissant au nez comme en bouche, savoureux, aux tanins fermes et soyeux à la fois, très persistant et d’excellente évolution, et ce très séduisant Bordeaux Château Dubois Challon blanc 2012, une référence dans son appellation, aux nuances de fleurs, de pêche et de noisette, tout en nuances et suavité en finale, franc, vif, de bouche ronde.

Pascal Delbeck

Jean-Michel PELLETIER


Très belle place dans le Classement 2015. Quatrième génération pour ce domaine familial.
“Cette année nous avons fait un petit clin d’œil au passé, nous dit Jean-Michel Pelletier. En effectuant le travail du sol avec la charrue tirée par un cheval, nous réduisons l’utilisation de produits chimiques. Vous pouvez retrouver à la cave nos cuvées classiques ainsi que la cuvée Anaëlle Millésimé avec un passage en bois partiel sur les Chardonnay, un joli Champagne aux notes de fruits secs, de vanille et de toasté. Une nouveauté à découvrir cette année, un Blanc De Blancs, aux arômes de fruits blancs”
Coup de cœur, en effet, pour son Champagne cuvée Anaëlle Millésime 2006, alliance délicate de Chardonnay vieilli en fûts et de Pinot Meunier, de robe claire, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, au nez d’une vinosité nerveuse, savoureux, complexe et riche, un Champagne très parfumé. La cuvée Origine, une cuvée pur Pinot Meunier, développe des arômes de pomme et de noix fraîche, avec cette bouche intense et ces nuances de fleurs blanches et de citronnelle, de mousse élégante. 
Le Champagne brut rosé est de belle robe, au nez de fruits mûrs (groseille, framboise…), avec cette touche délicatement épicée en finale, vraiment charmeur sur une langouste comme sur un dessert au chocolat. Belle cuvée Grande Réserve brut, avec ce nez aux notes florales et fruitées, un vin de bouche délicate dominée par des nuances d’agrumes et de tilleul, une belle cuvée de mousse crémeuse. Goûtez toujours le Demi-sec, l’une des plus jolies bouteilles de cette catégorie, tout en arômes, associant élégance et charpente et le Champagne brut Sélection, très fruité, généreux et charmeur, ample et vif, qui associe distinction et fermeté, de bouche franche aux notes florales subtiles.
22, rue Bruslard
51700 Passy-Grigny
Tél. : 03 26 52 65 86
Fax : 03 26 52 65 86
Email : champagnejmpelletier@wanadoo.fr

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Mas de DAUMAS-GASSAC


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Depuis le premier Guide, j’apprécie Aimé Guibert, qui peut être satisfait du chemin parcouru depuis 1970, quand il s’est passionné pour cette terre de la vallée de Gassac, plantant du Cabernet-Sauvignon allié à 9 autres cépages dont le Cabernet franc, le Carignan, le Tannat, le Merlot, le Malbec, la Syrah, le Pinot Noir et le Cinsault, persuadé qu’un grand vin est issu d’une multiplication de cépages. Dans ce beau domaine de 40 ha de vignes plantées sous forme de petites clairières, il a ainsi élevé “son” vin et réussi son challenge.
Daumas Gassac, c’est d’abord un terroir exceptionnel découvert dans les années 1970 par le grand savant Henry Enjalbert, titulaire de la chaire de géographie à l’académie de Bordeaux (Décédé en 1983 en terminant son monumental ouvrage sur le Saint-Émilion). Henry Enjalbert a découvert qu’il existait au milieu du massif de l’Arboussas, sous le manteau épais de la garrigue, une quarantaine d'hectares d’un sol profond, parfaitement drainé et pauvre en humus et matières végétales, riche en oxydes minéraux (fer, cuivre, or...). Ce terroir de grèzes glaciaires accumulées par les vents lors des glaciations de Riss, Mindel et Guntz, apportent les trois éléments qui conditionnent l'existence d'un Grand Cru : sols profonds où les racines de la vigne peuvent descendre s'alimenter en profondeur; sols parfaitement drainés où les racines de la vigne ne rencontrent jamais d’humidité, sols pauvres qui exigent de la vigne souffrance et effort pour créer les arômes rares... L’exposition du vignoble sur pentes Nord accentue l’effet du micro climat froid, en réduisant, surtout pendant l’été, les heures d’ensoleillement. C’est ce micro climat qui retarde la floraison de la vigne de près de trois semaines sur la moyenne du Languedoc.
Si la découverte du terroir doit tout à Henry Enjalbert, les procédures de vinification et d’élevage doivent tout à Emile Peynaud, l’un de mes propres professeurs : vinification médocaine, longues fermentations et macérations (trois semaines), élevage bois 12 à 15 mois dans des barriques bourguignonnes et bordelaises de 1 à 7 ans, collage à l’albumine d’œuf, pas de filtration...
On ne peut donc rien comprendre à Daumas-Gassac si l’on a pas la référence de vieux millésimes, et c’est tout ce qui fait la différence entre un grand vin et un bon vin. Il faut avoir eu l’occasion de déboucher des millésimes anciens ou, tout du moins, qui commencent à parvenir à maturité. Le 2004 est un vin de bouche pleine et riche, associant puissance et finesse, qui commence à très bien se goûter. Le 2003, aux nuances d’épices, de fruits noirs, de bois et de vanille, de bouche complexe et intense, aux tanins riches et soyeux à la fois, est un grand vin concentré qui mérite de la patience, même s’il peut s’apprécier sur le fruit de sa jeunesse. Le 2001, au nez puissant, tout en nuances aromatiques où dominent la mûre, la réglisse et les épices, est de bouche riche, et commence à s’ouvrir. Le 2000 est de robe pourpre, aux notes d’humus, de pruneau et de cassis, encore très jeune, un vin de grande évolution. Le 1996 est remarquable actuellement, fort en couleur et en arômes, tout en bouche, avec des notes subtiles et intenses d’humus et de petits fruits rouges surmûris. Le 1990 se goûte tout aussi bien, de couleur pourpre, très parfumé (mûre, poivre, cacao...), associant puissance et finesse, gras et intensité, d’une grande complexité. Le 1988 est extraordinaire, véritable gouffre d’arômes où se décèlent les confitures de prune, des notes de kirsch, de cuir, avec une nuance de sous-bois particulièrement séduisante en finale. Le 1982 est à maturité, d’une grande complexité d’arômes (musc, cuir...), avec ces notes très spécifiques et persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, harmonieux.

“L’année 2013 a une image négative, nous dit Roman Guibert, alors qu’en Languedoc, c’est une très belle année, il faut que les consommateurs en prennent conscience. L’avantage en effet, en 2013, c’est que l’année n’était pas caniculaire, nous avons eu des maturités tardives et obtenons une belle fraîcheur dans les Vins, ce qui est très agréable. L’arrière saison a été sèche et ensoleillée et a permis d’attendre dans de bonnes conditions les vendanges.
Ce 2013 est un vin d’un superbe équilibre. En blanc, les analyses étaient idéales. Un vin avec beaucoup de gras, un style Daumas-Gassac assez classique, peut-être que le 2011 était un peu atypique, mais 2012 et 2013 sont très représentatifs avec un ton au-dessus pour le 2013. Le rouge 2013 est à l’élevage, c’est un vin marqué par la finesse et l’élégance, des notes aromatiques sauvages, ce ne sera pas un “monstre” de puissance. Le rouge 2012 est différent : une année beaucoup plus chaude dans la ligne des millésimes précédents. Bien typé garrigue, notes de thym, romarin, une expression que l’on retrouve dans pas mal de millésimes de Daumas Gassac. Nous avons donc deux types avec ces deux millésimes, l’un assez animal et l’autre plus typé garrigue. Quant au 2011, c’est un compromis idéal car c’est un millésime qui peut être bu dans sa jeunesse, un vin très gourmand, plus accessible que 2012 ou 2013, un vin très plaisant à déguster actuellement même s’il possède naturellement un beau potentiel de garde.“

On se fait vraiment plaisir avec cet IGP Mas de Daumas Gassac rouge 2012 (80% Cabernet-Sauvignon, plus une collection de 10 cépages différents), d’une maturité exceptionnelle, de belle intensité, aux arômes de fruits rouges cuits et d’épices, d’une belle charpente, aux tanins puissants, d’excellente garde. Très beau 2011, racé et coloré, concentré, un vin très riche, de belle robe dense et profonde à reflets violines, avec ce nez très expressif de fruits noirs (cerise, cassis, mûre sauvage), et des touches légèrement épicées, de bouche charnue. qu’il faut bien évidemment laisser s’épanouir. Le 2010, charnu, velouté, très parfumé, avec ces notes de sous-bois, de truffe et de fruits mûrs (fraise des bois, myrtille), d’une belle ampleur en bouche, est un vin puissant et très chaleureux, de très grande évolution (35 e). Le 2009, avec des arômes très présents d’épices, de cerise confite, de mûre, de réglisse et de violette, bien structuré et gras en bouche, ample, de très grande évolution. Superbe 2008, aux parfums de sous-bois et d’épices, aux arômes de fruits confits, avec beaucoup de gras et de rondeur, des tanins denses mais bien fondus, un grand vin d’évolution lente mais qui sait séduire dès sa jeunesse. Le 2007, de couleur intense, avec des tanins très présents, d’une structure soutenue, très charnu, avec ces nuances de fruits noirs confiturés, de cuir, de sous-bois.

Splendide Daumas blanc 2013, 25% Viognier, 25% Chardonnay, 25% Petit Manseng, 15% Chenin blanc et 10% d’une collection de cépages dont le Courbu du Béarn, la petite Arvine du Valais, le Rolle de Provence, la Marsanne du Rhône et dix autres grandissimes variétés européennes. Récolte 100 % manuelle. vinification originale comprenant une macération pelliculaire à 10° pendant cinq à sept jours, fermentation sous inox à 20/25° pendant trois semaines, filtration alluvionnaire sur terre fossile, ensuite retour dans l’inox ; enfin, une seconde filtration de sécurité sur plaque avant la mise en bouteilles... Un grand vin racé, unique par sa complexité spécifique d’arômes, d’une très grande expression avec ces nuances de narcisse, de poire, de pêche... et toujours ce splendide et délicat côté grillé.

Le blanc 2012 est dans la lignée d’une couleur aux reflets verts, au nez très aromatique marqué par des arômes de fruits à chair blanche, charmeur, gras mais avec beaucoup de fraîcheur et de vivacité en bouche, avec des notes d’agrumes et de fruits exotiques au palais, très équilibré et très aromatique. Le 2011, aux senteurs subtiles de petits fruits jaunes mûrs et de pain grillé, est un vin gras mais très frais, d’une belle finale, de bouche riche, fine et persistante (35 e). Le 2010 est un grand vin fin et parfumé, dense et racé comme il le faut, ample en bouche, très riche et subtil, qui sent les noisettes et la pêche blanche, subtil et persistant, d’une grande fraîcheur en bouche. Très distingué, le 2009 est un grand vin, aux senteurs de pêche, de fruits jaunes mûrs et de bruyère, gras et volumineux au palais, de très belle évolution.
Goûtez l’Albaran rouge 2011, 50% Cabernet-Sauvignon, 50% Syrah, macération de 20 jours environ avec remontages et délestages réguliers., élevage entre 8 à 9 mois en barriques, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et les épices, aux tanins bien fermes et soyeux à la fois. 

Dans un autre style, pour tous les jours, on se fait plaisir avec le Guilhem rouge, aux arômes de violette et de mûre, fraise en bouche, bien charpenté, un vin “comme autrefois”

Aimé Guibert et ses Enfants

> Les précédentes éditions

Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013
Edition du 17/09/2013
Edition du 10/09/2013
Edition du 03/09/2013
Edition du 27/08/2013
Edition du 20/08/2013
Edition du 13/08/2013
Edition du 06/08/2013
Edition du 30/07/2013
Edition du 23/07/2013
Edition du 16/07/2013
Edition du 09/07/2013
Edition du 02/07/2013
Edition du 25/06/2013
Edition du 18/06/2013
Edition du 11/06/2013
Edition du 04/06/2013
Edition du 28/05/2013
Edition du 21/05/2013
Edition du 14/05/2013
Edition du 07/05/2013
Edition du 30/04/2013
Edition du 23/04/2013
Edition du 16/04/2013
Edition du 09/04/2013
Edition du 02/04/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 19/03/2013
Edition du 12/03/2013
Edition du 05/03/2013
Edition du 26/02/2013
Edition du 19/02/2013
Edition du 12/02/2013
Edition du 05/02/2013
Edition du 29/01/2013
Edition du 22/01/2013
Edition du 15/01/2013
Edition du 08/01/2013
Edition du 01/01/2013
Edition du 25/12/2012
Edition du 18/12/2012
Edition du 11/12/2012
Edition du 04/12/2012
Edition du 27/11/2012
Edition du 20/11/2012
Edition du 13/11/2012
Edition du 06/11/2012
Edition du 30/10/2012
Edition du 23/10/2012
Edition du 16/10/2012
Edition du 09/10/2012
Edition du 02/10/2012
Edition du 25/09/2012
Edition du 18/09/2012
Edition du 11/09/2012
Edition du 04/09/2012
Edition du 28/08/2012
Edition du 21/08/2012
Edition du 14/08/2012
Edition du 07/08/2012
Edition du 31/07/2012
Edition du 24/07/2012
Edition du 17/07/2012
Edition du 10/07/2012
Edition du 03/07/2012
Edition du 26/06/2012
Edition du 19/06/2012
Edition du 12/06/2012
Edition du 05/06/2012
Edition du 29/05/2012
Edition du 22/05/2012
Edition du 15/05/2012
Edition du 08/05/2012
Edition du 01/05/2012
Edition du 24/04/2012

 



Château CLOS DES PRINCE


Château BOVILA


Domaine DOZON


Château LAFARGUE


Château TRIANS


Château FONROQUE


CLOS CENTEILLES


Domaine MORTET Père et Fils


Jean-Yves LAROCHETTE


Domaine Aline et Rémy SIMON


Château de LAUBERTRIE


PIPER-HEIDSIECK


Cru LAMOUROUX


LAURENT-GABRIEL


Domaine BERTHAUT


Château La PEYRE


Château LA TOUR DU PIN FIGEAC


Domaine CHARBONNIER


Château BELLEVUE-FAVEREAU


Château La CROIX DAVIDS


Château des ROCHETTES


H. DARTIGALONGUE et Fils



MAISON MOLLEX


CHAMPAGNE PERSEVAL-FARGE


CHATEAU DES PEYREGRANDES


CHATEAU DU MASSON


CHATEAU TOULOUZE


DOMAINE TROTEREAU


DOMAINE VINCENT BACHELET


DOMAINE ALARY


CHATEAU PONT LES MOINES


CHAMPAGNE RENE RUTAT


CHAMPAGNE CHARPENTIER


CHAMPAGNE GREMILLET


DOMAINE DU CLOS DE L'EPINAY


CHAMPAGNE LIONNEL CARREAU



 

 

Millésimes © Société des Millésimes SA. Reproduction interdite - Mentions légales