Présentation du cépage mollard et des vins produits

Origine et histoire du cépage Mollard

Le cépage Mollard, aussi connu sous le nom de Molard ou Mollard Noir, est un cépage rouge originaire de la région Rhône-Alpes en France. Selon les recherches menées par l’ampélographe Pierre Galet, le Mollard serait un descendant du cépage Mondeuse Noire, lui-même originaire de la Savoie (source). Les premières mentions du Mollard remontent au début du 19ème siècle, où il était cultivé dans les départements de l’Isère, de la Drôme et de l’Ardèche.

Au fil du temps, le Mollard a été progressivement remplacé par des cépages plus populaires et plus faciles à cultiver, comme le Gamay ou le Pinot Noir. Cependant, grâce aux efforts de certains vignerons passionnés, le Mollard a été préservé et continue d’être cultivé sur de petites parcelles, principalement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Caractéristiques ampélographiques du Mollard

Le Mollard est un cépage vigoureux, avec des grappes de taille moyenne à grande et des baies de couleur noir-bleu. Les feuilles sont de taille moyenne, trilobées et légèrement bullées. Le Mollard est un cépage tardif, qui nécessite une exposition ensoleillée et des sols bien drainés pour atteindre une maturité optimale. Il est également sensible à certaines maladies, comme le mildiou et l’oïdium, ce qui rend sa culture délicate.

En termes de rendement, le Mollard produit des récoltes modérées, avec une moyenne de 50 à 60 hectolitres par hectare. Les raisins ont une peau épaisse et une pulpe juteuse, ce qui permet d’obtenir des vins bien structurés et riches en tanins.

Profil organoleptique des vins de Mollard

Les vins issus du cépage Mollard présentent une robe rouge profond, avec des reflets violacés dans leur jeunesse. Au nez, ils offrent des arômes intenses de fruits noirs (mûre, cassis), d’épices (poivre, réglisse) et de notes florales (violette). En bouche, les vins de Mollard sont puissants, avec une structure tannique bien présente et une acidité modérée. Ils ont un bon potentiel de garde, pouvant se bonifier pendant 5 à 10 ans dans les meilleures années.

Les vins de Mollard s’accordent parfaitement avec des plats de caractère, comme un gibier, un agneau rôti ou des fromages affinés. Ils peuvent également être dégustés seuls, pour apprécier pleinement leur complexité aromatique et leur puissance en bouche.

Domaines et appellations produisant des vins de Mollard

Aujourd’hui, le Mollard est principalement cultivé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, notamment dans les départements de l’Isère, de la Drôme et de l’Ardèche. Il entre dans la composition de plusieurs appellations, comme l’IGP Collines Rhodaniennes, l’IGP Drôme ou encore l’IGP Ardèche.

Parmi les domaines qui produisent des vins de Mollard, on peut citer :

  • Le Domaine de la Sarazinière, situé à Mercurol dans la Drôme, qui produit un Mollard en IGP Collines Rhodaniennes, élevé en fûts de chêne pendant 12 mois.
  • Le Domaine de la Bouvaude, à Saint-Marcel-lès-Valence dans la Drôme, qui propose un Mollard en IGP Drôme, vinifié en macération carbonique pour obtenir un vin fruité et gouleyant.
  • Le Domaine Lionel Brenier, à Beaumont-Monteux dans la Drôme, qui élabore un Mollard en IGP Collines Rhodaniennes, issu de vignes de plus de 50 ans et élevé en fûts de chêne.

Ces domaines, ainsi que d’autres vignerons passionnés, s’attachent à préserver et à valoriser le cépage Mollard, en produisant des vins de qualité qui expriment tout le potentiel de ce cépage ancien et méconnu.

Avenir et perspectives du cépage Mollard

Malgré sa faible superficie plantée (moins de 100 hectares en France), le Mollard suscite un intérêt croissant de la part des vignerons et des consommateurs, qui recherchent des vins authentiques et originaux. Grâce à l’engagement de certains domaines et à l’appui des organismes de recherche, comme l’Institut Français de la Vigne et du Vin, le Mollard pourrait connaître un renouveau dans les années à venir.

Pour assurer la pérennité du Mollard, il est essentiel de poursuivre les efforts de préservation et de valorisation de ce cépage, en sensibilisant les consommateurs à ses qualités uniques et en encourageant les vignerons à le cultiver. La création d’une appellation spécifique pour les vins de Mollard, comme une AOC ou une IGP dédiée, pourrait également contribuer à mieux faire connaître et reconnaître ce cépage auprès du grand public.

En tant que passionné de vins et d’oenologie, je suis convaincu que le Mollard a un bel avenir devant lui. Ses qualités gustatives, son histoire et son authenticité en font un cépage unique, qui mérite d’être découvert et apprécié par un plus grand nombre d’amateurs de vin. J’espère que cet article vous aura donné envie d’en savoir plus sur le Mollard et de déguster ses vins pleins de caractère !